Les membres des OP de la FOPAC SK dans le territoire d’Uvira formés en agroécologie.

Articles

Cette formation avait comme but, la capacitation des petits producteurs agricoles membres des OP de la Fopac-sk et des associations paysannes de développement dans le milieu sur les notions de l’agro écologie ainsi que l’Identification de modèle agricole pour avoir un dossier de plaidoyer qui sera adressé aux autorités compétentes pour la promotion du modèle choisi par les participants.

Cette formation était donc une opportunité où, les différents acteurs et membre des OP d’apprendre comment améliorer leurs activités de gestion des exploitations agricoles pour afin répondre spécifiquement aux besoins environnementaux et agroécologiques.

Au cours de cette formation 4 modules ont été développés dont :

  • Définition des concepts généraux de l’agro écologie.
  • L’agroforesterie et la gestion des ressources naturelles.
  • L’agro écologie et gestion intégré de la fertilité du sol.
  • L’agro écologie et agriculture durable.

A l’issue de cette formation, les participants ont identifié les modèle agricoles et alimentaires pratiqués dans leur zone. C’est entre autres :

  • GIFS ou agriculture intégré (diffuser par le projet IFDC Catalyst)
  • Polyculture ou association des cultures.
  • Rotation des cultures.
  • Arrosage des cultures par irrigation.
  • L’Agroforesterie ou agriculture de conservation (Diffuser par la Solidarité paysanne)
  • Monoculture
  • Agriculture sur brulis ou traditionnelle (Diffuser par les ancêtres)
  • Agriculture mécanisée
  • Zéro labour

Signalons que cette activité s’inscrivait dans le cadre du contrôle des érosions pour la protection de l’écosystème par différentes méthodes physiques et biologiques, les participants à cette formation ont compris les différentes méthodes qui contribuent à réduire la perte de la matière organique (carbone) du sol qui pourrait contribuer à la libération des CO2.

Au cours de cette formation les différentes méthodes de lutte antiérosive ont été développés ainsi que leur lien avec l’agroécologie. Mais aussi dans la cadre de la lutte biologique, les participants ont eu à apprendre les différentes espèces utilisées qui peuvent jouer d’autres rôles supplémentaires comme fourrages ou mulch pour la conservation de l’humidité de sol et même environnemental dans l’absorption du CO2 contenu dans les gaz en excès dans l’atmosphère.

Cette formation a été ponctué par un échange d’expérience sur terrain à des sites affecter par les érosions et champs des paysans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *